Côte d’Ivoire: Abidjan, le projet USAID C4CP organise un forum sur l’accès des femmes aux technologies agricoles appropriées

Le partenariat pour le coton dans les pays du C-4 (USAID C4CP) est un projet mis en œuvre par le Centre international pour le développement des engrais (IFDC), financé par l’Agence des Etats-Unis pour le développement international (USAID).

 

Il organise du 7 au 9 juin à Abidjan en collaboration avec l’Union africaine (UA), la Banque africaine de développement (BAD) et le Conseil ouest africain pour la recherche et le développement agricoles (CORAF/WECARD), un forum sur l’accès des femmes auxtechnologies agricoles appropriées.

Porté par la Communauté des praticiens sur le genre, le coton et la sécurité alimentaire du projet USAID C4CP, le forum qui a démarré aujourd’hui a pour objectif général d’échanger sur les mécanismes existants ou à développer pour faciliter un meilleur accès et une adoption accrue des technologies et des innovations agricoles appropriées par les productrices et les transformatrices des produits agricoles alimentaires en Afrique.

Durant trois jours les 100 participants à ce forum venus d’Afrique de l’ouest en l’occurrence des pays du C-4, le Bénin, le Burkina Faso, le Mali et le Tchad ainsi que les organisations continentales ou régionales présenteront les initiatives politiques et stratégies en matière de technologies innovantes existantes, d’évaluer le niveau d’utilisation des équipements et des technologies agricoles par les exploitants etc.

L’ouverture de ce forum sur l’accès des femmes aux technologies agricoles appropriées a été présidée par le Directeur de cabinet adjoint du ministre ivoirien de l’Agriculture et du développement rural.

Apporture Kouamé Kouakou a rappelé que dans les exploitations agricoles qui sont essentiellement de type familial, les petits producteurs, surtout les femmes n’ont pasaccès aux intrants, notamment les semences, les engrais.

Il reconnait en revanche que les technologies agricoles éprouvées permettant une augmentation des rendements des cultures et une amélioration des revenus et du statut nutritionnel existent mais leur taux d’adoption reste faible dans la plupart des pays en développement.

Selon lui, les technologies sont aussi inaccessibles aux petits producteurs particulièrement les femmes et les jeunes d’où la pertinence du thème du présent forum.

Apporture Kouamé Kouakou a affirmé que dans son pays, la question du genre a été introduite dans le PNIA première génération et que celle-ci sera renforcée dans le cadre du PNIA deuxième génération en cours de formulation.

Le présent forum est le deuxième du genre après celui de Bamako selon le représentant pays IFDC Côte d’Ivoire, Patrice Annequin qui précise que c’est un fora parmi une série planifiée dans le cadre de la collaboration entre l’Union africaine et l’IFDC.

Patrice Annequin a soutenu que le thème choisi est lié à l’initiative de l’Union africaine entité « Reléguer la houe à main au musée d’ici 2025 ».

Il s’est enfin réjoui de la présence de l’Union africaine, de la Banque africaine de développement, de la Commission des Nations Unies pour la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest, de l’Union économique et monétaire ouest africaine ainsi que des membres de la Communauté de praticiens sur le Genre, le coton et la sécurité alimentaire à ce Forum qui prend fin vendredi.

Wassimagnon, Abidjan